Non classé

Ruralité et quartiers, Turfu commun?

By 6 juillet 2019 No Comments

J’ai assisté au débat sur « le nouveau destin du monde rural : comment le bâtir ? Je suis loin du Bois de l’Etang, mon bendo, à La Verrière. Je ne connais aucun des intervenants. Le public est d’une moyenne d’âge élevée. La salle est comble. Parfois je décroche, à cause de la chaleur, surtout lorsque le vocabulaire est politique, les lois, les régions, la Cop 21.  Mais ce qui y est dit m’intéresse. Anne Algret, directrice du Pays Nivernais Morvan, travaille sur le village du futur, et explique que son travail est de penser la ruralite de demain avec des designers et des habitants. Cédric Szabo, directeur de l’Association des maires ruraux de France, nous raconte son expérience de développement de start-up dans les campagnes. C’est ce que j’ai retenu des projets concrets qui font écho à mon activité de désigner.

On a parlé de translocalisme, un concept qui m’a beaucoup parlé car il pensait pour la première fois d’une possible articulation entre les territoires urbains et ruraux. C’est le moment que j’ai choisi pour intervenir et partager ma vision du futur. La banlieue a été évoquée rapidement et « à-côté » de la ruralite mais jamais la question n’a été articulée, travaillée. Ce n’est pas suffisant d’évoquer une pseudo solidarité entre marges ou personnes oubliées. Il faut proposer des projets qui articulent ces différents territoires. Et connaissant mes potes dans le quartier, c’est pas gagné.

Ce qui m’a surpris également c’est ce désir partagé par une partie du public et des intervenants de retour à la ruralité, à l’agriculture évoquée comme le summum de la qualité de vie en France. Mais ce n’est pas aussi évident comme solution quand on vient d’un quartier. Mon futur est très éloigné d’une  projet d’installation en ruralité. Au contraire mes parents étaient agriculteurs dans leurs villages au Mali, avant de le quitter pour venir en France trouver une vie meilleure. Et donc les solutions dites « écologiques » qu’on me propose ne vont pas forcément de soi pour moi. Nos représentations de la réussite, nos désirs, nos projections dans le futur ne sont pas forcément associés à la ruralité.  Comment associer ruralité et banlieue alors que ceux deux mondes qui ne rêvent pas et ne pensent pas le monde dans les mêmes termes. La solidarité, mot valise, dans la mauvaise représentation médiatique de nos territoires, n’est pas suffisant pour articuler nos univers très différents. D’ailleurs, par deux fois la banlieue a été rapidement évoquée mais sous des aspects qui ne me semblaient pas positifs : « la ruralité souffre de son image dans les médias” évoque une participante. « Comme dans les banlieues… » confirme une personne du public. Les deux fois qu’ils ont parlé de la banlieue, ils l’ont associé à des aspects négatifs. J’espère pouvoir travailler ses questions par la suite avec le festival des idées.

Makan Fofana

Leave a Reply